Au JAPON, le rituel de purification par l'eau



À L’ENTRÉE DES SANCTUAIRES SHINTO, LES FIDÈLES DOIVENT SE LAVER LES MAINS ET SE RINCER LA BOUCHE AU CHÔZUYA (FONTAINE) AVANT DE POUVOIR SE PRÉSENTER FACE AU KAMI (LA DIVINITE) DES LIEUX.

La purification revêt dès lors une place importante dans le culte shinto. Seuls les fidèles purifiés peuvent approcher les kami pour prier.
Bien souvent, l’eau se déverse depuis un dragon sculpté à l’effigie de Ryûjin, le dieu de la Mer.

Il existe tout un rituel pour cette purification du corps :
https://www.vivrelejapon.com/a-savoir/comprendre-le-japon/chozuya-purification-sanctuaire


Chōzuya or temizuya is a Shinto water ablution pavilion for a ceremonial purification rite known as temizu.
Water-filled basins are used by worshippers for washing their left hands, right hands, mouth and finally the handle of the water ladle to purify themselves before approaching the main Shinto shrine. This symbolic purification is normal before worship and all manned shrines have this facility, as well as many Buddhist temples.






















Au JAPON la Fête EBISU ou la fête de la réussite en affaires


DU 18 AU 20 NOVEMBRE S'EST TENU, A HIROSHIMA, L’« EBISUKO » OU EBISU MATSURI, EN L’HONNEUR DE LA DIVINITÉ EBISU DU COMMERCE, DES MARCHANDS, DES PÊCHEURS ET DE LA PROSPÉRITÉ. 
L’occasion pour les Japonais de prier pour le bonheur et la réussite en affaires.

Ebisu est une divinité particulièrement vénérée au JAPON. Il assure le bonheur, la réussite en affaires et la prospérité.
Cette fête shinto, qui remonte au xvie siècle, est devenue aujourd'hui une fête commerciale. La fête se déroule dans et à proximité d'un sanctuaire shintoïste. Elle attire des milliers de personnes. Les gens visitent les lieux du sanctuaire pour prier pour une année prospère et exprimer leur gratitude pour l'année écoulée. Des séries de lanternes éclairent le site qui crée une atmosphère enchanteresse. Il y a d'innombrables ornements qui peuvent être achetés qui sont des charmes porte-bonheur bénis pour la prospérité des affaires.
Un élément indispensable : le tonneau de la fortune: une immense tirelire qui ne demande qu’à être remplie. Cet énorme tonneau reçoit pièces et billets et la bonne fortune vous accompagnera, jusqu’à l’année prochaine....

Most of the Seven Lucky Gods worshipped in Japan originate from China. But the best loved is Ebisu, the god of fishermen, labourers and commerce, who is purely Japanese. He is known for fair dealing and good fortune.
Just before winter takes hold, Hiroshima’s city center is taken over by one more colorful festival, all about good fortune, cash and rakes.
The festival is centered on EBISU Shrine,  which is tucked unobtrusively between the LABI and Mitsukoshi department stores in the covered Ebisu-dori arcade. A huge wooden barrel sits in front, into which people throw money, mostly loose change, but you’ll always spot some folding money in there too.






















Au JAPON, rencontre avec LE BOUDDHA JIZÔ




Quand on voyage au Japon, on croise obligatoirement des statuettes vêtues de bonnets et bavoirs rouges.

CE SONT DES REPRÉSENTATIONS DU BOUDDHA JIZÔ OU PLUS EXACTEMENT DU BODDHISATVA KSITIGARBHA, PROTECTEUR DES ENFANTS ET DES VOYAGEURS.

Jizô bosatsu est un boddhisatva, c’est-à-dire qu’il a atteint l’éveil mais a choisi de rester parmi les humains pour les accompagner vers leur propre salvation. Il a fait le vœu de ne devenir bouddha qu’une fois les enfers vidés, c’est-à-dire toutes les âmes sauvées.

Jizô est souvent représenté avec un visage enfantin, et vêtu d’attributs d’enfants, car il a promis de protéger les âmes des enfants décédés trop tôt, n’ayant pas pu, de ce fait, accumuler suffisamment de bonnes actions pour être réincarnés. Dans la mythologie bouddhique au Japon, ils sont condamnés à demeurer dans les limbes - un endroit appelé sai no kawara - et à construire des petites piles de pierres pour leurs parents restés vivants. Le mythe veut que la nuit cependant, les démons viennent détruire les tours. Jizô est censé protéger les enfants contre les démons. Avec l’évolution de la société japonaise, le bouddha Jizô incarne aujourd’hui d’autres types de protection (comme les bébés morts-nés)

EN SAVOIR PLUS avec l'excellent site de Vivre le Japon :  https://www.vivrelejapon.com/a-savoir/comprendre-le-japon/bouddha-jizo-bouddhisme-protection

In Japan, Jizō, is one of the most loved of all Japanese divinities. His statues are a common sight, especially by roadsides and in graveyards. Traditionally, he is seen as the guardian of children, and in particular, children who died before their parents. He has been worshipped as the guardian of the souls of mizuko, the souls of stillborn. In Japanese mythology, it is said that the souls of children who die before their parents are unable to cross the mythical Sanzu River on their way to the afterlife because they have not had the chance to accumulate enough good deeds and because they have made the parents suffer. It is believed that Jizō saves these souls from having to pile stones eternally on the bank of the river as penance, by hiding them from demons in his robe, and letting them hear mantras.